logo

LA PRÉVENTION SANTÉ, C’EST AUSSI PRÉVENIR L’ABSENTÉISME

dsc_0012

Entretien avec Alain Bouellat, Directeur du développement Qualité de Vie au Travail et Performance Sociale de Réhalto

« Quand nous parlons d’arrêt de travail, nous parlons de santé, cela va de soi, explique Alain Bouellat, directeur du développement de Réhalto. En luttant contre l’absentéisme, notre société s’est donnée pour mission de promouvoir la santé des individus et des organisations en intervenant sur les aspects psychologiques, psychosociaux et professionnels qui entrent dans cette dimension de la santé. » Avec ses racines latines qui évoquent les verbes actifs recommencer, relever et réassurer, Réhalto affiche clairement sa volonté d’intervenir dans la prévention de l’absentéisme le plus en avant possible, le plus tôt qu’il soit, d’agir dans la prévention de la santé au travail et dans toutes les politiques d’accompagnement au changement, et bien sûr d’en changer le cours des choses : « Nous opérons dans des situations complexes, par exemple lors de conflit d’équipes, et ce, afin d’empêcher que de tels conflits internes ne dégénèrent en arrêt de travail. Toutes ces interventions menées en amont constituent notre fer de lance ! »

Cette activité particulière de prévention santé (« avec une activité de niche en ce qui concerne la gestion des arrêts de travail de longue durée », Alain Bouellat) est née en 1984 au Québec, province canadienne très en avance sur le sujet. Elle pénètre le marché français seulement en 1997 et la société devient pionnière en Europe. Cette entité qui, à l’époque, s’appelle Solareh, est le fruit d’une joint venture avec la SCOR, dans la mesure où ses premières missions ont débuté dans le champ assurantiel. Elle prend le nom de Réhalto en 2010 en se filialisant à 100 % avec la SCOR.

Aujourd’hui son métier est bien circonscrit : capable d’analyser, d’expertiser et de réparer, Réhalto a trois niveaux d’intervention. La première intervention se place d’abord au niveau de l’organisation où le cabinet spécialisé développe des services d’audit et de conseil ; puis au niveau collectif, il s’agit de formation et de coaching pour les managers ; enfin, au troisième niveau, celui des salariés, Réhalto intervient dans les domaines de l’accompagnement psychologique des salariés, de la gestion de crise et de l’accompagnement post-traumatique, de l’accompagnement des victimes, de la gestion des arrêts de travail, la lutte contre les addictions et enfin le retour à la santé et à la vie active. « En suivant ces problèmes tant au niveau individuel que collectif, insiste le directeur du développement de Réhalto, notre démarche a du sens au regard de l’absentéisme. Dans des situations d’arrêt de travail longue durée, nous savons parfaitement qu’on va récupérer des personnes atteintes à qui il faudra faire remonter la pente en disant : voilà l’origine de cet arrêt de travail, nous allons travailler à ce que cela ne reproduise pas une seconde fois ! »

Avec trente salariés, Réhalto dispose d’une équipe pluridisciplinaire, composée de psychologues, professionnels libéraux, d’intervenants extérieurs du monde de l’assurance et du monde de l’entreprise. Pas moins de 1 500 professionnels répartis sur les territoires français et belge constituent un réseau spécialisé de proximité. Leurs clients sont à l’origine des institutions de prévoyance, des bancassureurs et des courtiers, mais Réhalto s’est diversifié et intervient également dans les secteurs de la santé, du transport, de l’industrie, de la chimie et de la pharmacie. « Bien que nous essayons, dans tous ces secteurs, de travailler en amont, on nous appelle souvent quand la situation dérape ou a dérapé. »

Attentats, suicides qui comportent une charge émotionnelle indéniable sont aussi des situations généralement difficiles voire impossibles à anticiper : « Après le 13 novembre dernier, dit Alain Bouellat, nous avons agi à différents niveaux pour aller à la rencontre de personnes impactées, les proches ou les collaborateurs touchés, toutes celles qui ont subi un bouleversement psychologique profond. Nous sommes intervenus en France et en Belgique puisque les deux pays ont été concernés. Dans le cadre du suicide, l’onde de choc est colossale dans une organisation. Il faut accompagner le dirigeant à parler de cette situation, l’aider à la prendre en main. » Au delà de l’accompagnement lui-même, le cabinet spécialisé met en place des enquêtes paritaires qui permettent de déterminer ce qui s’est passé, d’analyser en toute neutralité les circonstances, de les restituer avec tact, et enfin de faire des recommandations pour que cela ne se renouvelle pas. « Sensibiliser les managers sur les circonstances d’un suicide conduit à les faire réfléchir sur la prise en compte de faisceaux d’alerte. Souvent l’observation ne suffit pas, un suicide est souvent surprenant et très difficile à détecter. Il faut alors faire réfléchir les dirigeants sur les conduites à risque, les dérapages managériaux, des consignes de travail qui peuvent aboutir à des risques. »

Tous ces cas de figure, Réhalto les a vécus, expérimentés, modélisés. Forte de ces expériences, la société spécialisée dans la santé au travail et l’absentéisme poursuit une démarche qui doit conduire les entreprises à trouver un équilibre de fonctionnement. Pas étonnant que Réhalto ait pour slogan : Un juste équilibre !

Luc Jacob-Duvernet

 Retour à la une de la Lettre

0 found this helpful