logo

CARTE BLANCHE PARTENAIRES : Baisse des dépenses de ses bénéficiaires

CBP logoAlors que les tarifs de l’optique sont beaucoup plus chers en France que dans le reste des pays européens, certaines expériences réussies prouvent que la dérive de dépenses en optique est loin d’être une fatalité. Zoom sur le réseau optique Carte Blanche Partenaires qui permet à 6, 5 M de bénéficiaires de s’équiper en lunettes ou lentilles à des prix 30% à 35% inférieurs au marché.

Difficile de ne pas en faire partie. Désormais, 10 187 opticiens sont partenaires du réseau optique Carte Blanche, ce qui représente une couverture nationale de 82%. « 9 achats sur 10 d’équipement d’optique, des bénéficiaires de nos services, se font à travers le réseau d’opticiens que nous avons constitué », s’enthousiasme Jean-François Tripodi, le directeur général de Carte Blanche Partenaires.

C’est à partir de 2000 que la plateforme santé qui intervient dans le domaine du tiers-payant, de la gestion des réseaux de professionnels de santé et de l’accompagnement santé a déployé significativement son réseau optique. Elle reste alors pendant plus d’une décennie captive de ses de ses deux actionnaires principaux, les assureurs Swiss Life et Henner. Mais à partir de 2012 elle s’ouvre au marché et notamment en 2013 sous l’impulsion de nouveaux actionnaires (Generali, Aviva, Crédit agricole Assurances, Société Générale Assurances, Thélem), puis de la MNH (Mutuelle Nationale des Hospitalier) en 2015. En 2012, 2,3M de bénéficiaires achètent leur équipement optique dans le cadre du réseau Carte Blanche. Ce chiffre devrait passer à 6,5 M de bénéficiaires dès 2015. Un chiffre en très forte progression qui témoigne, s’il en faut, de la réussite de ce réseau, permettant de proposer des prix 30% à 35% inférieurs au marché.

Jean-François Tripodi, Directeur Général de Carte Blanche Partenaires

Jean-François Tripodi, Directeur Général de Carte Blanche Partenaires

« Nous n’avons rien laissé au hasard », analyse Jean-François Tripodi. Dans un premier temps, la plateforme santé a proposé à l’ensemble des fournisseurs de verres et de lentilles le référencement de leurs produits au sein d’un catalogue. « Nous avons été les premiers à établir ce catalogue qui détaille toutes les spécificités techniques des verres fabriqués ainsi que leurs prix », explique volontiers le directeur général de Carte Blanche Partenaires. Piloté par des opticiens recrutés en interne, un système expert a été mis en place. Son rôle consiste à déterminer les types de verres associés à la prescription. Au total, plus de 60 fournisseurs de verres et de lentilles, représentant 95% du marché, ont pu être référencé. La plateforme dispose d’un catalogue de 309 922 références de prescriptions-verres et 939 lentilles en ayant la connaissance précise de leurs caractéristiques. A chaque référence est associé un tarif plafond. La mise à jour du catalogue est effectuée chaque mois afin de tenir compte de toutes les évolutions. Sa légitimité repose sur l’implication des opticiens. Le système expert est en effet doté d’un comité technique, réuni tous les trois mois, dans lequel on retrouve des opticiens indépendants, représentants d’enseignes, également des verriers et bien évidemment des médecins ophtalmogues.

La facilitation des échanges entre les organismes complémentaires et les opticiens partenaires constitue le troisième pilier du réseau. Les logiciels de gestion de vente des opticiens (32 au total) sont directement connectés au réseau Carte Blanche Partenaires, selon la norme OptoAMC.

« Nous sommes en mesure de répondre en moins de 15 secondes à la demande de prise en charge effectué par l’opticien et de vérifier le respect des engagements du professionnel de santé. Il s’agit d’un temps très court qui permet à l’opticien de convaincre le bénéficiaire de passer à l’acte d’achat en toute connaissance  », détaille Jean-François Tripodi.

Si ce système limite les possibilités de fraudes nombreuses dans le secteur optique, le suivi et le contrôle n’en restent pas moins une activité importante du réseau. « Lorsque nous avons un doute, nous pouvons demander à l’opticien de fournir le bon de livraison des verres correspondant à ce qui a été livré et facturé aux bénéficiaires. Des visites surprises sont également organisées chez les professionnels de santé partenaires », explique Jean François Tripodi. Des contrôles qui peuvent aboutir à l’exclusion du réseau. Ainsi en 2014, 146 opticiens ont été radiés.

Au côté de ce réseau, la plateforme santé a également constitué fin 2014 un réseau « basse vision », réunissant une centaine d’opticiens sélectionnés en fonction d’une charte de qualité précise et capables d’accueillir des bénéficiaires confrontés à différentes pathologies (DMLA, glaucome) entraînant une très mauvaise vision, l’objectif est d’atteindre 200 opticiens experts Basse Vision.

En bref : les chiffres clés du marché de l’optique en France

  • 7 Français sur 10 sont équipés de lunettes et ou de lentilles
  • 4,7 Mds €, le marché des lunettes en France, dont 94% à la charge des consommateurs et de leur complémentaire santé
  • 470€, c’est le prix moyen d’une paire de lunettes en France, soit un surcoût de 50% par rapport à la moyenne européenne
  • 11400 magasins, en augmentation de 47% depuis 2000
  • 2,8, c’est le nombre moyen de lunettes vendues par jour et par magasin
  • 275 €, c’est la marge moyenne réalisée par un opticien pour la vente d’un équipement au prix moyen de 393 € hors taxes

Source : étude UFC Que choisir, avril 2013

0 found this helpful