logo

L’Art de la Veille

Annabelle Saulnier Izumo, Consultante Senior chez KAISSA

Annabelle Saulnier Izumo, Consultante Senior chez KAISSA

Dans un contexte marqué par de nombreuses mutations de plus en plus rapides, les décideurs cherchent de nouveaux dispositifs pour acquérir de bonnes informations pour prendre de bonnes décisions au bon moment. A quoi ressemblera l’assureur du futur ? Comment la santé et l’assurance sont ou vont être bouleversés à l’avenir ? Ces interrogations conduisent à l’utilisation des activités de veille et d’intelligence économique qui constituent aujourd’hui une réelle opportunité.

Deux préalables : la veille doit être en adéquation avec les objectifs stratégiques de l’entreprise et doit être portée par les membres de la Direction Générale. Viennent ensuite de multiples questions essentielles : pourquoi mettre en place un dispositif de veille ? Quels objectifs doit servir la veille ? Que voulons-nous savoir ? Que savons-nous déjà ? Que doit-on réellement rechercher ? Est-ce pour ne pas se faire déborder par la concurrence, pour avoir une meilleure connaissance de la clientèle et de ses attentes, pour diversifier l’activité en proposant de nouveaux services, pour apprécier la réputation de l’entreprise ?

À ces questions succèdent d’autres questions : comment structurer la veille en termes de ressources humaines, d’expertise et de technicité ? Qui anime la démarche ? Dans quel délai ? Comment s’organiser pour exploiter l’information ? ll convient de définir l’organisation globale du département de veille (veilleurs, experts, lanceurs d’alerte, animateurs) et de définir les fonctions de chacun. Réaliser une veille efficace et opérationnelle implique de communiquer et de collaborer de manière optimale avec tout ceux qui peuvent fournir de l’information ou l’enrichir.

Comment impliquer les collaborateurs dans une démarche d’intelligence économique ? Des personnes disposants d’une réelle expertise vont trier cette information, l’analyser, la mettre en perspective et surtout la partager avec les autres entités de l’entreprise. Le métier de veilleur est une profession à part entière.

Comment structurer cette analyse dans une stratégie de développement et l’intégrer au cœur des métiers de l’entreprise de manière réaliste ? Comment la veille peut-elle être un outil d’aide à la prise de décision ? La mise en place d’une cellule de veille permet au dirigeant, en le faisant accéder à l’information utile (signaux faibles ou signaux forts), de réduire son exposition aux risques liés à l’incertitude et d’augmenter son exposition aux opportunités d’affaires.

Parce que l’information utile est une ressource stratégique majeure pour l’entreprise, une division stratégique déconnectée d’une cellule de veille perd une grande partie de son efficacité. L’information utile acquise au sein d’une cellule de veille permet donc d’accéder à une vision prospective, dynamique, de tout ce qui contribue à façonner l’environnement stratégique de l’entreprise, et ce, par l’anticipation des besoins à venir des clients, la connaissance des projets de développement des concurrents, la compréhension des innovations susceptibles de modifier la donne stratégique dans son secteur d’activité. A ceci s’ajoutent l’arrivée de nouveaux entrants, la maîtrise de ce qu’impliquent les changements de réglementation et le suivi de son e-réputation. Une véritable panoplie pour une veille réussie !

Annabelle Saulnier Izumo

Consultante Senior chez KAISSA

Bouton retour

0 found this helpful