logo

HEALTH & CHESS : Interview avec Anatoli Karpov

DEIA ARENAS, chef de projet KAISSA : Anatoli Karpov, de la part de toute l’équipe KAISSA, je souhaite vous remercier pour votre présence parmi nous durant ces trois jours. Inutile de vous dire que les enfants qui sont suivis à l’Hôpital Necker et leurs parents ont été enchantés de vous rencontrer et, pour certains d’entre eux, de jouer aux échecs avec vous. C’est une expérience très précieuse pour les participants des parties simultanées.
Qu’avez-vous pensé de cette première de Health & Chess ?

DSC_0799

Anatoli KARPOV, 6 fois champion du monde d’échecs

ANATOLI KARPOV : Je suis très content de voir que le jeu d’échecs est un jeu pratiqué dans les écoles, partout dans le monde. Depuis longtemps, j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup d’enfants joueurs d’échecs, grands et petits, filles et garçons. D’ailleurs, aujourd’hui, on trouve des bons joueurs aussi bien parmi les filles que parmi les garçons. Ils représentent pour moi le futur de l’humanité mais aussi le futur des échecs, et je suis heureux d’échanger avec eux.

DEIA ARENAS : Croyez-vous que les échanges des participants lors de la conférence de ce week end de juin à l’Institut Imagine donneront lieu à des projets et des réalisations dans le domaine des échecs lié à celui de la santé ?

ANATOLI KARPOV : Je suis sincèrement convaincu que les échecs peuvent être bénéfiques pour l’état psychologique de la personne. Par exemple, les enfants se concentrent beaucoup sur le jeu, et si par ailleurs, ils développent une maladie, ils arrivent grâce au jeu à l’oublier. Ce qui est très positif. Par ailleurs, je pense que le jeu d’échecs pourrait être employé dans la prévention, afin d’entretenir, et même développer des activités intellectuelles.

Bouton retour

1 found this helpful