logo

L’expertise française au service de la réforme du système de santé – Chine

Philippe Damie

Philippe Damieь directeur de l’agence régionale de santé (ARS) Centre

L’organisation du système de santé à la française semble séduire les pouvoirs publics chinois. Un projet de réforme du système de santé est à l’état de la réflexion et pourrait s’inspirer de ce qui prévaut dans l’Hexagone.

Alors que la Chine a entrepris une réflexion sur le projet de réforme de son système de santé, plusieurs experts internationaux venus d’Australie, du Royaume-Uni, des Etats-Unis, des Pays Bas et de la France se sont rendus en Chine dans le cadre d’une mission d’expertise financée par la Banque Mondiale.

C’est dans ce contexte que Philippe Damie, directeur de l’agence régionale de santé (ARS) Centre a, en juin 2014, mis le cap sur la Chine à la demande de la direction générale de l’offre de soins (DGOS). Pour chacun des experts sollicités, l’objectif était de présenter les grandes lignes du système d’organisation de la santé qui prévaut dans les pays qu’ils représentent. « Finalement, c’est le système français qui a retenu toute l’attention des pouvoirs publics chinois », explique Philippe Damie. Un intérêt motivé par une relative proximité avec le modèle chinois existant, à savoir une organisation régulée par un système de santé régionalisée. « C’est ce mode de régulation permettant de disposer d’outils à la fois sur les secteurs public et privé qui a attiré l’attention des pouvoir publics chinois en charge des questions de santé», insiste Philippe Damie.

Encore à l’état de la réflexion, la réforme du système de santé est dominée par plusieurs sujets importants. La politique de prévention des maladies chroniques (cancer, tabagisme, hypertension artérielle…) en fait partie, tout comme la place que les médecins généralistes pourraient occuper dans l’organisation des soins de santé. En Chine, il existe en effet très peu de médecins généralistes installés en ville. Les patients sont consultés dans le cadre de consultations externes à l’hôpital, ce qui pose la capacité d’accueil et de prise en charge dans certaines régions du pays. Enfin le système de tarification à l’acte pourrait également évoluer.

Dans le cadre d’une autre mission pour laquelle la direction générale de l’offre de soins a été sollicitée, Philippe Damie, accompagné cette fois de représentants de l’hôpital universitaire de Tours, s’est de nouveau rendu en Chine dans le courant du mois de mars 2015, à la demande de la province de Fujian. Au programme de cette visite, la préparation d’une déclaration d’intention sur les modalités de coopération possible entre la province de Fujian et l’ARS Centre. L’organisation des hôpitaux en pôle afin de permettre une mutualisation des fonctions, la formation du personnel soignant ou encore la tarification de l’activité sont autant de sujets qui pourraient entrer dans le cadre de cette politique de coopération en cours de construction. Un premier document doit être envoyé très prochainement aux autorités de la province de Fujian.

0 found this helpful