logo

Aravind Eye Hospital – Inde : Pionnier dans l’accès aux soins oculaires de qualité

Créer, gérer et financer un hôpital ophtalmologique rentable et de haute qualité, c’est possible. L’expérience de l’Aravind Eye Hospital, dans le sud de l’Inde, le prouve.

IMG_4946Soigner le plus grand nombre, quel que soit ses revenus, avec une qualité de service optimale est le défi posé aux établissements de santé partout dans le monde. Dans le sud de l’Inde, un réseau d’hôpitaux y parvient, l’Aravind Eye Hospital, dont l’ONG Access Health International a étudié le modèle.

Cet hôpital a été fondé en 1976 par le Dr G. Venkataswamy. Au départ, il comptait seulement 11 lits et quatre médecins. Mais au fil du temps il est devenu l’un des plus grands fournisseurs de services ophtalmologiques dans le monde et l’un des établissements les plus importants en matière de soins oculaires. Son organisation a évolué en un système sophistiqué.

« Bien qu’Aravind Eye Hospital effectue près de 350.000 opérations des yeux par an, dont 60% faites gratuitement ou à faible coût, la qualité des soins offerte est excellente. L’hôpital affiche un taux de complications chirurgicales inférieur à ceux de nombreux hôpitaux occidentaux. Aravind Eye Hospital sert aujourd’hui de modèle, pour l’Inde, et pour le reste du monde » explique Echo Collins-Egan, de l’ONG Access Health International, qui rédige actuellement un ouvrage sur les bonnes pratiques dans la gestion des établissements de soins oculaires : « Comment créer, gérer, et financer des hôpitaux ophtalmologiques rentables et de haute qualité: Guide des meilleures pratiques ».

Dans le cas de l’Aravind Eye Hospital, les patients payants couvrent largement ces coûts et contribuent à assurer la viabilité financière de l’hôpital. Cependant, la maîtrise des coûts est assurée de plusieurs manières différentes.

« Tout d’abord, l’adoption d’un protocole clinique standard à travers tout l’hôpital afin d’assurer l’uniformité dans les soins et dans les résultats constitue un facteur important pour atteindre cet objectif » poursuit Echo Collins-Egan. Mais pas seulement. La conduite d’un audit clinique afin de trouver les écarts et mettre en œuvre un changement, l’offre de services de soins correspondant aux besoins des patients afin d’éviter le gaspillage d’examens non nécessaires, la réduction des temps d’attente et des retards par une bonne planification et une main d’œuvre adéquate, et enfin l’utilisation optimisée du temps des médecins à travers l’aide d’infirmiers sont des paramètres à prendre en compte dans la poursuite de cet objectif.

Selon Access Health International, d’autres mesures sont à prendre : « l’adaptation de la capacité à la demande afin d’éviter une sous-utilisation des ressources ou une augmentation des coûts, l’adoption d’un système de maintenance préventif afin de réduire le temps d’arrêt des machines, la réduction du taux de rotation du personnel et du temps de recrutement ainsi que l’optimisation des achats de masse afin de bénéficier de meilleurs prix avec les fournisseurs. »

La question de l’organisation revêt toute son importance, notamment de façon à impliquer les collaborateurs : « La culture organisationnelle doit être fondée sur des soins de qualité basés sur la formation et l’organisation continue de programmes. L’organisation doit créer des opportunités d’apprentissage pour le personnel clinique et non-clinique » explique Access.
Enfin, selon Access Health International, le point commun entre ces hôpitaux performants est qu’ils ont tous une vision et une culture communes partagées par tous les acteurs de l’hôpital, employés, infirmiers, médecins, administrateurs, etc. En somme, le succès de l’hôpital est avant tout une affaire d’hommes et de femmes mobilisés vers un même objectif.

0 found this helpful