logo

PRÉVENTION SANTÉ : Resserrer les liens avec les adhérents

portrait_h-gorron
Entretien avec Hubert Gorron, Directeur Général de la Mutuelle MGC (Mutuelle Générale Des Cheminots)

Est-ce véritablement la signature d’un humaniste engagé qui voulait œuvrer pour ses semblables ou la participation à une opération de communication (déjà !) pour le lancement de la première mutuelle des cheminots et de leur famille ?… L’histoire ne le dit pas. En tout cas, en 1883, Victor Hugo soutient le projet de lancement d’une loterie afin d’obtenir les capitaux nécessaires à la création de la Protection Mutuelle des cheminots et faire face à ses premières obligations. Le poète romantique est même nommé Président d’honneur ! De cette présence éminente dans son histoire, la MGC peut en être légitimement fière, comme elle peut revendiquer avec orgueil sa naissance quinze ans avant la loi sur la charte de la Mutualité de 1898.

Après avoir œuvré dans le secteur sanitaire et social, l’organisme ne s’est lancé dans la complémentaire santé qu’en 1972. C’est sa fusion avec l’Association Fraternelle des cheminots qui a donné lieu à la création de l’actuelle Mutuelle Générale des Cheminots. Aujourd’hui elle a intégré le Top 30 des mutuelles françaises et protège plus de 300 000 personnes : « Ce qui caractérise la MGC, explique Hubert Gorron, directeur général de la mutuelle, est son développement par adhésion individuelle des cheminots. Jusqu’à une époque tout à fait récente, la SNCF n’avait pas de contrat Groupe. » La seconde caractéristique de cette mutuelle plongée dans un monde à forte tradition politique est « d’être très neutre syndicalement ! » Ce qui ne l’a pas empêché de construire une union de mutuelles, l’UMG Viamut, avec une mutuelle née de la fusion de nombreux organismes issus de la CGT, la mutuelle Entrain. « Avec 420 000 personnes protégées, dit Hubert Gorron, le rapprochement entre les deux entités nous conduit à mener ensemble des actions communes dans le monde de la SNCF. Il apporte également la mutualisation du risque sur une assiette la plus large possible ». C’est également la perspective de garanties et de prestations en santé aux meilleurs tarifs qui se profile.

À l’heure où le monde mutualiste opère sa révolution copernicienne, avec des fusions et des ouvertures, la mutuelle MGC n’a pas attendu : en 2006, elle s’est ouverte à tous puis en 2013 auprès des agents territoriaux avec une gamme labellisée. Et avec l’arrivée d’Hubert Gorron à la direction de la mutuelle en 2013, elle a étendu son activité vers les petites entreprises (moins de 10 salariés) et les travailleurs non salariés, tout en constituant un réseau de courtiers de proximité. « Aujourd’hui, un tiers des adhérents ne sont pas des cheminots.»

Pour asseoir cette ouverture et organiser ses activités, la MGC a créé un groupe. « Autour de la mutuelle proprement dite, membre de l’union Viamut, et de ses activités, elle développe trois autres structures qui correspondent à trois métiers ». Elle a ainsi donné le jour au Centre de Gestion Mutualiste Partagé (CGMP) avec le Centre informatique des mutuelles (CIMUT), une union de gestion qui peut accueillir d’autres mutuelles. Objet : adhésions, gestion des cotisations et prestations, informations adhérents. Pour la seconde structure, il s’agit du Centre Dentaire Mutualiste (CDM), qui met à disposition une chirurgie dentaire au sein de 9 cabinets. Enfin, pour fermer le ban, le groupe s’est doté d’une troisième structure, le Fonds de dotation MGC qui finance, directement ou à travers des organismes à but non lucratif, des actions d’intérêt général dans le domaine de la prévention des risques et des maladies. En fait, le principal objet est la prévention santé pour tous. « La prévention santé, confirme le directeur général de la mutuelle, la MGC la pratique depuis longtemps. Soit c’est la MGC qui, elle-même, entreprend des actions de prévention pour ses propres adhérents. Soit ce sont des actions à caractère général, et dans ce cas, on utilise l’outil Fonds de dotation. Ainsi, par exemple, cela peut concerner des actions bucco-dentaires au sein de la communauté de communes d’Autun, en Saône et Loire, Pantin en Seine Saint Denis, Chambéry en Savoie, etc. À cette occasion, avec le Fonds de dotation, nous touchons toute la population. »

Toutes ces actions de prévention sont menées avec un réel souci de rigueur. Le Fonds MGC fait appel aux meilleures autorités médicales pour concevoir ses supports de prévention qui se veulent irréprochables d’un point vue scientifique. Et elle s’adjoint les compétences de grands acteurs de la prévention, comme le groupe associatif Siel Bleu reconnu pour son savoir-faire dans l’activité physique adaptée ou l’UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire), qui anime des actions en faveur de la santé bucco-dentaire en France. « L’esprit dans lequel nous entreprenons des actions de prévention est simple : nous voulons faire évoluer positivement l’individu. Notre vocation, c’est aussi d’améliorer la vie quotidienne des citoyens, et sans rechercher un retour sur investissement. Mais, une chose est sûre, la prévention santé nous permet de construire de meilleures relations avec nos adhérents. » Néanmoins, cette politique de prévention n’interdit pas à la mutuelle MGC (Mutuelle Générale des Cheminots) de mieux se faire connaître d’un point de vue institutionnelle auprès de certaines cibles. « Et puis, au delà de nos efforts de prévention, conclut Hubert Gorron, il ne faut pas oublier que l’image des cheminots en France, celle d’un public exigeant, de qualité, renforce la nôtre. »

Luc Jacob-Duvernet

 Retour à la une de la Lettre

0 found this helpful